RECHERCHES LEXICALES AUTOUR DES REGISTRES ET DES GENRES LITTÉRAIRES

DÉFINITIONS ET CLASSIFICATION

 

DÉFINITIONS

  • « Les registres sont la manifestation par le langage de ces grandes catégories d'émotions et de mouvements de sensibilité. La joie, l'angoisse, la colère, l'indignation, l'admiration, la plainte, la compassion, la méfiance, le doute trouvent là leur lieu, à travers des formes d'expression multiples. » Accompagnement des programmes, Rentrée 2001.
  • « La tonalité indique une inflexion dans le langage et non le mouvement subjectif profond qui y est en jeu. » Voilà pourquoi, on privilégiera l’étude des registres dans un texte.
  • Quels registres figurent au nouveau programme de français ?
    - En seconde : le tragique ; le comique ; l’épidictique (éloge ou blâme) ;  l'épique ; le fantastique ; le didactique.
    - En première : le lyrique et l'élégiaque ; le polémique ; le satirique (dont l'ironique) ; le pathétique ; le délibératif.
  • Mais au-delà de ces quelques notions "officielles", la langue française est beaucoup plus riche et nuancée. Une multitude de mots gravitent autour de ces mots liés aux registres ou tonalités, voire aux genres littéraires, tant la palette des émotions est riche.
  •  

RECHERCHES LEXICALES

  • Absurde : propos déroutants par leur absence de logique et leur caractère imprévisible.
  • Apologie : discours qui cherche à défendre, à justifier, louer une personne ou une doctrine ; v. éloge. justification, défense, panégyrique. Ex. L'Apologie de Socrate.
  • Badinage : plaisanterie légère, enjouée, moins dure que l’ironie, plus superficielle que le comique. Exemple, les poèmes de Marot.
  • Burlesque : comique qui naît du contraste. Ton vulgaire pour aborder des sujets nobles (au contraire du style héroï-comique).
  • Comique parodique : imitation moqueuse de quelqu’un ou de ce qui pourrait être dit sérieusement.
  • Controverse : discussion (initialement sur une question religieuse) ; v. dispute, critique, polémique.
  • Diatribe : écrit ou discours d’une éloquence violente et injurieuse ; v. réquisitoire, charge.
  • Critique : qui lance une attaque, on dit aussi polémique. Quand le texte est très violemment agressif, on parle de pamphlet.
  • Dérision : Tourner quelqu'un ou quelque chose en ridicule ; moquerie comique que l'on confond souvent avec l'ironie.
  • Didactique : texte qui se donne pour but d’enseigner, de façon agréable. Insistance sur la méthode.
  • Dithyrambe : Louange enthousiaste et exagérée ; v. flatterie, flagornerie, glorification, exaltation.
  • Dogmatique : ton de celui qui se targue de posséder la vérité, sans esprit critique ; v. péremptoire.
  • Dramatique : Tout ce qui a un rapport avec l'action (drama signifie au départ : action, donc théâtre ; dramaturge = auteur de pièces de théâtre). Les procédés dramatiques sont des procédés théâtraux, c'est-à-dire des procédés qui influent sur l'action dans une pièce ou un roman (coups de théâtre ; suspens ; quiproquo). Quand il s'agit d'une tonalité, le tragique désigne un registre passionnant, poignant, émouvant, terrible, voire tragique.
  • Elégie : (action de « dire hélas ») ; registre mélancolique, plaintif. Expression du regret.
  • Emphase : exagération dans les termes ou dans le ton qui fait que l’expression dépasse l’objet ; v. ampoulé, emphase, enflure, bouffissure, boursouflure, grandiloquence, déclamation, pompe.
  • Épique : donne aux êtres et aux événements une dimension qui les dépasse : ils représentent les valeurs d’une société et l’aventure de tout un groupe. Les grandes forces collectives et cosmiques s’y expriment, avec éventuellement l’intervention du merveilleux. Corpus et TD sur l'épopée.  Devoir type bac
  • Fantaisie verbale : utilisation des ressources comiques du langage lui-même, jeux avec les mots. Style qui refuse les règles formelles et souvent rationnelles, prêtant à sourire (ex. René de Obaldia, et parfois Boris Vian). Elle peut aboutir à l'absurde.
  • Fantastique : C'est le surnaturel qui intervient dans la vie quotidienne. Ne pas confondre avec le merveilleux, où le public est introduit dans un monde magique fait de conventions, dont il sait qu'il est conventionnel. Le fantastique produit l'angoisse, car il est à la lisière du naturel et du surnaturel.
  • Grotesque : ridicule avec quelque chose de bizarre, voire de monstrueux ; comique, laid, horrible.
  • Harangue : discours solennel et déclamatoire ; v. allocution.
  • Humour : façon inhabituelle et comique de présenter choses, faits, situations ou gestes. Dire d’un air sérieux ce que l’on présente comme absurde ou ridicule mais sans méchanceté. Humour noir : faire rire en évoquant des choses tristes ou macabres.
  • Ironie : dénonciation au second degré de quelque chose ou de quelqu’un, le rire étant alors chargé d’un rôle destructeur, méchant ; v. persiflage, sarcasme, dérision. EX. La plupart des textes de Voltaire !
  • Lyrique : ton de l’expression des sentiments personnels ; évocation exaltée de sentiments communs à tous les hommes.
  • Mélodramatique : c'est le pathétique et le dramatique poussés jusqu'à l'extrême.
  • Pamphlet : écrit satirique d’actualité, bref, violent, le plus souvent signé, attaquant un homme ou une idée, mais à propos d’une question d’ordre général ; v. dénigrement, moquerie, philippique, brocard, libelle.
  • Parodie : imitation moqueuse. Quand elle est excessive, elle devient caricature. Travestissement plus ou moins bouffon d’une oeuvre d’art, pour mettre en valeur le ridicule qu’elle porte en germe ; v. pastiche, plagiat.
  • Pathétique : ce registre cherche à provoquer l’attendrissement en portant à son extrême l’expression des sentiments. C’est le ton avec lequel on décrit des souffrances ou des luttes humaines dans des situations difficiles. L’exaltation y est fréquente. Exemple : le Naufrage du saint-Géran dans Paul et Virginie de Bernardin de Saint-Pierre.
  • Plaidoyer : discours écrit ou prononcé en faveur d’une personne ou d’une opinion.
  • Poétique : texte, en vers ou en prose, qui s'adresse surtout à la sensibilité, à l'imagination, et qui s'intéresse particulièrement à la forme (musicalité, rythme, images).
  • Polémique : échange d’opinions opposées, de manière vive, voire violente ; v. dispute, querelle, débat, controverse, réfutation.
  • Réfutation : partie d’un discours, après la confirmation, où l’on répond aux objections déjà exprimées ou prévues ; action de combattre victorieusement par des preuves contraires.
  • Satire : tout texte écrit qui s’attaque aux défauts littéraires, moraux, politiques, ou aux individus en les nommant.
  • Sublime : ton élevé qui évoque l’infini du beau. Tout le contraire du grotesque.
  • Tragique : l’émotion qu’il suscite naît de la conviction intime qu’il n’y a plus d’issue, que le destin s’acharne inéluctablement sur l’homme voué au désespoir et à la mort ; v. dramatique. Textes sur le sentiment tragique.  Devoir.

CLASSIFICATION

  • Regroupez les expressions de cette liste selon le classement des registres indiqués en préambule.
  • Relevez dans cette liste les mots qui désignent aussi (directement ; ou indirectement, quand ils sont sous forme d’adjectifs) un genre littéraire (une forme fixe).
  • Relevez tous les mots appartenant au champ lexical de la critique.
  • Relevez tous les mots appartenant au champ lexical de l'éloge.
  • Relevez le mots des champs lexicaux de la critique puis ceux de l'éloge qui désignent en même temps un excès.
  • En vue d'un travail d'écriture d'invention, cherchez et nommez les procédés de style les plus utilisés pour illustrer les tonalités suivantes : ironique ; lyrique ; épique ; ampoulé ; polémique.

Y. Gouraud